vendredi 27 juin 2014

la fib aux camélias

La célèbre dame aux camélias avait une technique assez subtile pour faire comprendre à ses amants qu'elle n'était pas disponible: 
  • broche de camélias blancs: le bar est ouvert
  • broche de camélias rouges: merci de patienter.
Par ailleurs je me souviens d'une BD de mon enfance où le héros (un petit amérindien) se barrait le front de cendres pour signifier qu'il ne voulait pas être dérangé. Non ce n'était pas Yakari, et non je ne sais pas si cela correspond à une véritable convention sociale, mais ça me parle.

Dans les deux cas, il faut noter que les protagonistes étaient respectés dans leur choix. C'est peut être ça le plus intéressant, ce respect du souhait de l'autre: ne pas voir son envie de rester seul comme une agression ou une forme d'insulte.

Ce n'est pas facile de se sentir mis à l'écart. Cela concerne la personne en souffrance doublement: 

  • Souvent la première à être exclue, ou a se sentir exclue,
  • S'auto-excluant de par ses douleurs.

Vous l'avez compris, c'est surtout la seconde partie de l'équation qui m'intéresse ici. En se mettant à l'écart de la vie, des autres, souvent pour sa propre "survie", la personne atteinte de douleurs chroniques devient par un étrange effet miroir celle qui exclue les autres.

Et c'est mal vu....

Qui ne s'est jamais pris une méchante réflexion en pleine poire* (j'ai pas dit gueule) alors qu'il/elle n'en pouvait plus et avait besoin d'un temps à soi, parfois pour seulement se reposer ! 
*En réalité une enquête statistique récente suggère que 95% des méchantes réflexions se font dans le dos et pas en peine poire. Sans doute pour ne pas froisser ce "connard de fibromyalgique".

"Vous ne vous rendez pas compte  bande d'égoïstes fibro-algiques à quel point vous êtes insultants ? Quitter une compagnie agréable, refuser de faire la fête avec des gens formidables pour aller faire la sieste ??? Déjà que vous êtes devenus pénibles à toujours vous plaindre, en plus vous insultez les autres ???
Délire quand même. En plus tout ça pour une maladie qui n'existe peut être même pas ?
Et puis hier, hein, hier, ça avait l'air d'aller... évidemment là y avait pas MES amis".....

C'est vrai qu'on n'est pas toujours marrants marrants. Reste que ça serait cool de ne pas se manger la double peine à chaque fois.

Alors, retour aux camélias. Comment on fait pour dire gentiment aux autres: "non merci là ça va pas être possible"?



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire