Protection de contenu.

Blog sous licence creative common. Messages soumis à modération pour le respect de chacun.

vendredi 25 janvier 2019

le Cbd c'est pas du bidon (part 2)

La Société canadienne de rhumatologie (SCR) a publié, en janvier, un énoncé de position sur l’utilisation du cannabis à des fins médicales pour les maladies rhumatismales.

Evidemment, c'est pas de la Fibro que ça parle, mais le SRC formule un certain nombre de principes qui je crois, doivent pouvoir s'appliquer aux fibromyalgies (qui attendent toujours d'être intégrées officiellement dans les protocoles de recherche de l'ANSM).


On cite le SRC:  Les données probantes sur les bénéfices des cannabinoïdes pharmaceutiques dans la fibromyalgie, l'arthrose, la polyarthrite rhumatoïde et les maux de dos sont insuffisantes, mais il existe des données probantes d'un risque élevé de préjudice. En extrapolant à partir d'autres conditions, le cannabis médical peut procurer un certain soulagement des symptômes chez certains patients. Les risques à court terme d'effets psychomoteurs sont prévisibles, mais les risques à long terme n'ont pas été déterminés et sont préoccupants.

Guidée par la prudence, la SCR formule donc les 11 principes généraux suivants :
  1. Le cannabis médical n’est pas une solution de rechange aux soins standards pour les maladies rhumatismales quelles qu’elles soient, et les rhumatologues devraient appliquer les normes thérapeutiques et lignes directrices en vigueur pour leur prise en charge.
  2. Aucune étude publiée n’a porté sur les effets du cannabis médical chez les patients atteints de maladies rhumatismales et les quelques études qui ont porté sur les cannabinoïdes pharmaceutiques font état de bienfaits limités et d’un risque élevé d’effets indésirables.
  3. Le cannabis médical ne devrait pas être administré aux patients suivis en rhumatologie âgés de moins de 25 ans.
  4. Il est à prévoir que les patients atteints de maladies rhumatismales demanderont des conseils au sujet du cannabis médical; certains se soignent peut-être déjà avec du cannabis ou pourraient demander une ordonnance de cannabis médical.
  5. Les principaux motifs pour lesquels des patients pourraient envisager l’utilisation du cannabis médical sont : soulagement de la douleur et amélioration de l’humeur et/ou du sommeil.
  6. Il faut d’abord essayer les stratégies existantes pour soulager la douleur et favoriser le sommeil avant d’envisager l’emploi du cannabis médical.
  7. Le cannabis médical pourrait soulager les symptômes de certains patients atteints de maladies rhumatismales.
  8. Des effets indésirables à court terme (y compris des effets psychomoteurs immédiats, des étourdissements, des modifications de l’appétit, un effet sur l’humeur et de rares effets indésirables graves de désorientation et de psychose) sont étroitement liés à la consommation de cannabis médical et risquent d’être similaires à ceux qu’on rapporte chez d’autres populations de patients.
  9. On ignore quels sont les risques à long terme associés au cannabis médical chez les patients atteints de maladies rhumatismales.
  10. Même s’ils comprennent qu’il y a une absence de preuves scientifiques quant aux bienfaits du cannabis médical et des risques accrus de préjudices associés à sa consommation, certains patients pourraient choisir de l’essayer plutôt que d’utiliser autres options.
  11. Les rhumatologues se doivent de maintenir un lien thérapeutique empathique avec leurs patients, d’éviter les biais personnels et de s’assurer de réduire les préjudices pour les patients et la société.
On cite encore la SRC: Aucune étude clinique publiée n’a porté sur les effets du cannabis chez les personnes atteintes de maladies rhumatismales. Par contre, selon des données précliniques (tirées d’études menées chez l’animal), le cannabidiol est une molécule dotée d’un fort potentiel pour atténuer la douleur et l’inflammation. En revanche, le THC est une molécule dotée de puissantes propriétés psychoactives qui auraient un impact négatif sur le fonctionnement cognitif et psychomoteur et exposeraient la personne à un risque plus grand d’effets indésirables. Même si les concentrations restent à étudier et à définir, il est possible que la combinaison des deux molécules (THC et CBD) ait plus d’impact sur les symptômes.

 Et moi me direz-vous ? Merci de demander.

Depuis que je consomme du CBD (sans THC), je n'ai pas eu besoin d'arrêt maladie alors que la météo est loin d'avoir été clémente. Je suis convaincu que sans cette canne chimique j'aurais dû stopper au moins deux fois une semaine. Le temps à neige actuel me fait mal et me fatigue, mais je reste relativement opérationnel. Je me sens bien moins soumis aux aléas, plus stable. C'est un véritable confort de vie sociale.

A titre personnel, je décide de continuer l'expérience.




lundi 31 décembre 2018

Ecrit collectif à destination de la Commission des Affaires Sociales

Alors que l'Agence nationale de la Sureté du Médicament se penche sur le Cannabis thérapeutique...



....des associations veulent s'assurer que la fibromyalgie sera bien intégrée au dispositif.

La question mérite d'être posée, car même si rien ne s'y oppose, nous avons l'habitude d'être largement oubliés au profits des "vrais" malades atteints de pathologies bien plus sévères mais au retentissement social souvent équivalent: sclérose en plaques, troubles rhumatismaux, etc..

Et au passage un petit rappel sur l'absence de suite au niveau de l'expertise INSERM ou de la commission d'enquête parlementaire, ça fait jamais de mal.

Le courrier est ici :  https://t.co/DZN2ITexw7

https://t.co/DZN2ITexw7

dimanche 18 novembre 2018

tu perds ton sang froid

Handisocial tu perds ton sang froid*


*ok trop facile.


Le 16 novembre 2018 le député LREM Adrien Taquet est venu à Toulouse présenter son rapport "Plus simple la vie" censé facilité la vie des personnes handicapées.

Tout n'est pas à jeter dans ce texte mais la loi ELAN et son article 64 vont diviser par 5 la production de logements neuf accessibles. OUPS.
Le député Taquet, qui a voté la loi  est venu sans rire parler d'inclusion et de défense des personnes handicapées.  Comme le défenseur des droits et le Conseil de l'Europe ont condamné le recul des droits des personnes handi, ça n'a pas plus à l'association HANDISOCIAL  qui,  y voyant là une provocation,  nous a offert là un bel enfarinage (vers 3, 50) ! 





L'histoire ne dit pas si la farine était bio, mais la secrétaire d'état au handicap a aussitôt réagit sur twitter pour dénoncer assez violemment un acte somme toute sans danger (si ce n'est pour l'amour propre) d'agression honteuse subie par des militants extrémistes.

Rien que ça.
J'avoue que je n'ai pas retrouvé le tweet mais si ça continue on va parquer les handis avec les terroristes en  maison d'arrêt.... Ou pire, avec les lanceurs d'alerte. 
Du coup je me demande si les prisons sont seulement accessibles aux PMR... j'ai un doute.

Il lui a été répondu de façon assez claire par la voix de Céline Boussié (lanceuse d'alerte que j'ai eu la chance de rencontrer). Je partage donc: 




A force de tordre les mots du dico il va falloir qu'on en redéfinisse un paquet. A commencer par les mots "agression", ou "extrême". Utiliser les mêmes mots pour qualifier le massacre du Bataclan (par exemple) et un enfarinage, je crois que c'est un putain de problème ! Comment espérer la moindre réconciliation quand l'une des parties nie à ce point la légitimité de l'autre, ou à tout le moins celle de sa légitime colère ?  
Moi un enfarinage j'appelle ça un acte potache. Elle aurait dit quoi la ministre si Handisocial était venu avec une batte de base-bal ou une bombe lacrymo ? Voire pire encore ? Les mot ont un sens mesdames et messieurs les "élus" (les guillemets aussi d'ailleurs). 

Sachez que vous avez sans doute déjà vu Handisocial, même à BFMTV: cette association militante hyperactive n'est en pas à son premier coup d'éclat pour défendre les droits des handicapés. Ils participent aux assises de la mobilité** et rien ne leur fait peur: blocage d'avions, de trains, actions en justice.... attaques à la farine de blé lol.
Vous trouverez sur leur site, leur facebook, ou sur youtube... les videos de leurs actions.  

Pour les contacter "en vrai":

**sérieux, les assises de la mobilité ??? C'est une blague ?


Bravo à eux et courage: y a du boulot entre les lois injustes et les lois inappliquées, les baisses des aides, la fausse hausse de l'AAH, etc, etc.

On ré-entendra parler d'eux.