Protection de contenu.

Blog sous licence creative common. Messages soumis à modération pour le respect de chacun.

vendredi 6 avril 2018

je crois qu'on va encore se faire enfumer

Dépénalisation du cannabis, encore une promesse non tenue ?

C'est la question que je me pose en lisant les infos ce matin.

Pour rappel, la dépénalisation de la consommation de cannabis était une promesse du candidat (maintenant élu) Macron lors de la présidentielle de 2017.

  1. Dépénalisation de la consommation, pas du trafic ou de la vente.
  2. Transformation de la répression et des condamnations par une amende.

Visiblement, il y a comme un soucis puisque les derniers travaux législatifs semblent se diriger vers la mise en place d'une contravention de 300 € (gloups) pour les consommateurs sans supprimer pour autant le risque de poursuites pénales et donc d'incarcération ! 

Si on part dans cette direction, on est au-delà du reniement d'une promesse électorale, ce qui au final n'est qu'une sorte de sport national, pour aller vers une aggravation de la répression. C'est très grave et très largement plus "lourd" que ce que proposait le rapport parlementaire.


Pour rappel, le cannabis thérapeutique qui se développe comme une alternative réelle aux traitements dit "normaux" n'est toujours pas une réalité en France, ce qui est "incompréhensible". Et en ce qui me concerne, le seul cannabinol en vapotage ne me fait rien.


Ou alors c'est un foutage de gueule dans un foutage de gueule: on ne dépénalise pas officiellement mais des consignes officieuses circuleront pour ne plus poursuivre les simple consommateurs. Moi j'appellerais plutôt ça de la lâcheté en fait.
Ce qui est amusant c'est quand on sait que les revenus du trafic de drogues vont être ajouté au PIB du pays (à quand une évaluation du smic et des minima sociaux sur le prix du gramme de coke ?)

Ca va mieux en le redisant: je ne cautionne pas la prise de drogues, surtout chez les jeunes. Comme beaucoup de fibro cependant je demande à avoir le droit d'essayer un produit qui me permettrait peut-être d'aller mieux, d'être plus productif, etc.

dimanche 1 avril 2018

Nouveau traitement contre la fibromyalgie

Un nouveau traitement pourrait être validé dans le courant de l'année 2020.


L'enquête collective de l'INSERM rendra bientôt les résultats de son travail, mais d'ores et déjà, certaines informations ont fuité et pourraient déboucher sur de grandes innovations.

De plus, notre système digestif gère notre système immunitaire.

Il n'y avait donc plus qu'un pas à franchir. Puisque la fibromyalgie est une maladie neurologique liée à un problème immunitaire, les plus grands experts scientifiques se sont penchés sur cet aspect.

Les conclusions sont édifiantes !

Manger un Kébab-frites sauce poivre  au minimum tous les deux jours améliorerait sensiblement les symptômes de la fibromyalgie, en particulier les troubles digestifs. Un effet positif significatif est aussi avéré pour le syndrome de fatigue chronique et la dépression.

le Kébab, un ami pour la vie ? 

Il est encore trop tôt pour en tirer des conclusions, et bien entendu il va falloir passer par certaines phases de vérifications scientifiques et médicales via l'OMS et l'agence de sûreté du médicament, avant l'obtention d'une AMM.
En effet, des données contradictoires ont été relevées par les experts: "la sauce samouraï aurait peut-être un meilleur score bénéfices-risques que la sauce poivre, malgré ses effets délétères sur la production de méthane intra-corporelle (je cite l'étude)".

Il faut également savoir que d'autres projet de recherches sont d'ores et déjà à l'étude concernant la consommation de pizzas aux anchois. Les conclusions risquent néanmoins de se faire attendre. 
Un risque potentiel (faible) de prise de poids est cité dans les documents, mais c'est déjà le cas avec la plupart des traitements. Une sensation de lourdeur dans l'estomac est signalée comme fréquente en début de cure (mais rien qu'un peu d'exercice ne peut résoudre).



Les habituels grincheux réclameront le remboursement des fameux sandwichs turques au titre de l'ALD, mais rappelons que fort heureusement, les kebabs sont d'ores et déjà en vente libre pour un prix somme toute modeste et qu'un traitement de fond est donc possible dès à présent. 


lundi 26 mars 2018

Vis ma vie de handicapé

La secrétaire au handicap lance Duoday


Le principe est simple : Une entreprise ou une collectivité accueille, le temps d'une journée de stage, une personne handicapée en duo avec un salarié volontaire. Au programme de cette journée : participation active aux tâches habituelles du collaborateur et/ou observation de son travail.

Il faut savoir que le truc existe déjà dans d'autres pays, donc la France n'invente rien. 

Pour la jolie vidéo de Mme Cluzel, c'est ici : 


Partons du principe que tout ça part d'une bonne volonté, partons du principe également que les "valides" volontaires seront tous réellement désireux de :
  • construire des ponts entre employeurs, personnes handicapées et acteurs de l'accompagnement
  • promouvoir une société inclusive dont l'emploi est le pilier
  • faire valoir les compétences des personnes handicapée
  • permettre à ses équipes de s’ouvrir à la diversité et au handicap
  • ensemble, dépasser nos préjugés.

Mais on peut se poser plein de questions, voire carrément s'offusquer de la démarche. C'est mon cas (mais j'ai un sale caractère aussi j'avoue).

Miam, des valides ! J'espère qu'ils sont sans gluten.



On sent bien la sensibilité "en marche" car une fois de plus la question du handicap est abordée sous l'angle de l'emploi. C'est pas que c'est mal, c'est que c'est hyper-réducteur. Le handicap, on ne le laisse pas au boulot quand on a la chance d'en avoir un. On le ramène chez soi, on le ramène à ses proches comme une pomme empoisonnée, et c'est souvent là que c'est le pire.

Passons.

N'empêche que ça me rappelle cette émissions débile : on a échangé nos mamans (ou je sais plus quoi en terre inconnue). 

La secrétaire semble un peu oublier que : 
  • nous ne sommes pas des animaux exposés dans un zoo mais des humains qui veulent par dessus tout être intégrés et considérés comme des gens normaux. C'est juste l'esprit de la loi (inappliquée) de 2005.
  • 80% des handicaps sont invisibles, et qu'une majorité des personnes avec une RQTH ne la fait pas valoir de peur de perdre son emploi. Il faut souvent beaucoup de courage pour exposer son handicap quand on passe sa vie à le cacher ou à "faire semblant que tout va bien".
  • la situation de handicap ne se regarde pas, elle se vit.
  • une journée est totalement insuffisante, pour le coup faudrait directement faire ça sur une semaine au moins.
  • etc

On se demandait il n'y pas si longtemps comment faire vivre la fibromyalgie à des valides dans le cadre d'une journée des handicaps invisibles. On est déjà tous d'accord pour dire qu'une journée ne suffit pas, que notre handicap est aussi une souffrance parce qu'il se vit dans la durée et qu'il ne nous laisse pas nous reposer une fois rentrés à la maison.


Dans sa vie, tout le monde a eu mal, tout le monde a été fatigué, tout le monde a eu une mauvaise nuit, tout le monde s'est remis d'une mauvais grippe. Mais qui vit ça tous les jours depuis des années ? Quel valide peut comprendre la sensation d'avoir été renversé par un camion tous les matins au réveil ? Pire, de se coucher déjà démoralisé en sachant que cette sensation l'attendra le lendemain aussi certain que le soleil va se lever ?

Ca veut dire quoi vivre la journée d'un diabétique ? Les valides vont devoir se faire des piqûres ? 
Ca veut dire quoi comprendre la vie d'un dépressif ? D'un trisomique ? d'un Schizophrène ? Comment on se met dans leur peau ? 



Et encore on ne parle pas des salaires de misère, des temps partiels, des frais non remboursés parce que "de confort"..... de la maltraitance institutionnelle... des DRH qui nous poussent à la porte, des médecins du travail en voie de disparition....

Hey j'ai une idée ! Si on demandait aux parlementaires de vivre un mois avec l'AAH ? De voter les budgets pour appliquer la loi handicap de 2005 qui promettait 100% des services publics, des immeubles  et des commerces accessibles en 2015 ? Non je déconne: ça c'est vraiment pas raisonnable.