vendredi 8 janvier 2016

Il avait une étrange attitude... et pan !

Fibroriste.


L'officier de gendarmerie à déclaré dans son rapport: "L'homme avait un boitier étrange à la ceinture avec un compte à rebours, des fils dépassaient de sous son pull, il se déplaçait avec lenteur en boitant comme si portait un truc lourd sur lui.... 6 balles dans le corps par précaution."
Le président de la république  va inscrire cet homme pour la prochaine fournée de légions d'honneur.

Amis fibromyalgiques, je ne parle pas d'un terroriste, mais de l'un d'entre nous équipé d'un appareil TENS* en cette joyeuse période de paranoïa. Moi je vais éviter les commisariats encore plus que d'habitude.
 *on dit "une ceinture d'explosifs factice"

Un an après, jour pour jour, « presque heure pour heure », répètent mécaniquement les présentateurs de BFMTV, devant l’image des barrières du commissariat de la Goutte-d’Or, où un assaillant armé d’un hachoir vient d’être abattu par les policiers en faction.
On est jeudi, il est midi. Et on est scotchés devant la télé, oui, comme l’an dernier déjà, jour pour jour, heure pour heure, devant la même télé, au même endroit du salon, dans la même position du corps, adossé, presque cramponné au même meuble sans trouver la force de s’asseoir, moins saisi par l’événement lui-même que par la perfection sinistre de cet anniversaire, par cette année ignoble et immobile qui nous a faits aux pattes, réduits à des mouvements erratiques de gibier cerné, sans autre résultat qu’un lent enfoncement, un affaissement sur nous-mêmes, dans une écume de terreurs devenues ordinaires.

Rituels

« De bonne source, sa ceinture d’explosifs était factice », dit maintenant BFMTV, tandis que le mot « factice » s’inscrit docilement sur les bandeaux.
Mais ça ne change rien, ça ne nous soulage en rien.
Circulation interrompue, écoles du quartier confinées, crainte du « surattentat »,...

La suite ci dessous.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire