mercredi 17 décembre 2014

Chère Madame Touraine

Madame la Ministre,

Un fabricant  va nous proposer très bientôt une cigarette électronique contenant, non pas du cannabis, mais un seul de ses principes actifs, le  Cannabinol.

Comme vous le savez le Cannabidiol ou CBD est le second cannabinoïde que l’on retrouve dans le cannabis après le THC.
Alors que le THC est en très grande partie responsable des effets psychoactifs de la marijuana, le CBD ne possède pas d’effet psychotrope, et semble même limiter très fortement les effets produits par le THC.
Le CBD est donc très intéressant pour l'usage du cannabis médical, et de nombreuses études scientifiques récentes lui ont reconnu d’importantes propriétés thérapeutiques analgésiques. 

Votre première réaction est d'avoir sauté sur cette nouvelle et promis d'interdire la  commercialisation de ce produit nouveau (j'imagine avant d'avoir demandé la moindre information complémentaire). 





J'ai peut être tort, mais Madame, j'espère sincèrement que vous échouerez. Depuis des années, je suis tenté par la prise de véritable cannabis, car c'est peut être la seule molécule anti-douleur que je n'ai pas encore essayée. 
Nous sommes des milliers, invisibles à vos yeux, à attendre de pouvoir tester ce genre de molécule. La médecine Française, systématiquement en retard, ne nous en laisse pas le droit. 

Avec l'aide de médecins, je suis pourtant passé par des drogues dures, dont les opiacées et la morphine à haute dose; j'ai pris de l'acool, fumé le tabac... et en toute légalité je me suis mis à maltraiter mon corps. Je connais la dépendance,  le syndrôme de manque, et c'est aux médicament légaux que je le dois.

Sans aucun intérêt festif ou "récréatif", le produit proposé par Kanavape est un espoir pour tous ceux qui comme moi souffrent de douleurs chroniques. Avant que vos avocats ne leur tombent dessus, j'aurais aimé que vous leur laissiez une chance, que vous ME laissiez une chance, que vous NOUS laissiez une chance.

J'espère donc que vous saurez vous pencher en toute intelligence sur cette question, sans effet de manche politique ni précipitation inutile. Les produits actifs à base de plantes utilisés en phytothérapie ont ils du subir une tel anathème avant d'être en accès libre ?

En tant que Minsitre de la Santé, j'attends de vous que vous me protégiez si ce produit était néfaste, mais aussi que vous me laissiez me soigner.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire