mardi 27 mai 2014

Une première mondiale dans le traitement de la douleur

La pharmacopée n'avait pas évolué depuis la création de la morphine en 1804...

Depuis des décennies, la lutte contre la douleur par chimio-thérapie implique essentiellement les opïodes, d'où est issue la morphine.
Pour les victimes de la Fib, il y a deux vérités essentielles:
  1. La morphine ne sert à rien ou presque contre les douleurs
  2. les effets secondaires sont dangereux
  3. L'opium et la morphine sont des drogues dures (croyez moi: j'ai testé).

Et si tout allait changer dans les années qui viennent ?

Une équipe de chercheurs américains de l'université de DUKE (Caroline du Nord) vient d'inventer* une alternative aux morphiniques.

Peut être ce futur traitement ne nous soignera pas, mais soyons optimistes et allons en apprendre un peu plus,  ou beaucoup plus.

La découverte du Dr Seok-Yong Lee est un anticorps spécifique, "pouvant réguler le flux d'un type particulier de sodium au sein des neurones". Or, ce sodium est l'acteur principal de "l'allumage" des neurones impliqués dans la génération de la sensation de douleur et de démangeaisons. Oui, c'est amusant, mais les deux sensations relèvent des mêmes neurones.

S'il était possible de faire fabriquer à nos organismes douloureux cet anticorps via un vaccin?
Et bien ce serait peut être la fin pure et simple de la douleur. Les neurones inhibés n'enveraient plus de signaux au cerveau, ce qui serait évidemment extrêmement indiqué dans les douleurs neuropathiques.

Déjà testé sur des souris, le traitement semble être très efficace et ne générer aucun effet secondaire ou dépendance. Je ne veux pas savoir comment on teste la résistance à la douleur chez ces pauvres rongeurs, et il est toujours bon de se souvenir que nous ne sommes pas des souris. L'être humain pourrait donc réagir différemment (mais en l'espèce c'est ici très peu probable).

Vu le potentiel en termes de recettes, je pense que les labos américains feront le maximum pour sortir un traitement rapidement. 

J'ai tout de même une crainte majeure:

La douleur non pathologique est nécessaire à la survie. C'est le seul système d'alerte dont nous disposons et la durée de vie des personnes ne pouvant pas  la ressentir du tout est souvent très courte.
Le soucis est qu'à la lecture des articles, je comprends que l'anticorps créé supprime toute douleur... Qui plus est, comment retirer cet anticorps une fois qu'il fait partie de notre système immunitaire ?

J'espère me tromper donc car du coup, un traitement "trop" efficace serait aussi problématique sinon plus que des traitements peu efficaces.

D'autres articles suivront sans doute, et j'espère en français. En attendant :



*inventer: je l'utilise volontairement dans le double sens, à la fois trouver et créer, car je ne sais pas lequel utiliser.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire