vendredi 7 octobre 2016

Bougez vous le cul et apprenez à serrer les dents

L'EULAR nous a sorti ses nouvelles recommandations thérapeutiques, et c'est pas vraiment du lourd. Mais bon au moins c'est honnête.



En exclusivité: les chercheurs de l'EULAR en plein brainstorming.

Première recommandation, faire du sport.... ok 
Seconde recommandation.... ben y en a pas.

Et oui, l'EULAR nous explique que les médicaments ne servent à rien ou presque, sans rien proposer d'autre. En gros cela ne nous apprend que dalle.
Les sports nautiques ? ... non en fait, non.

Là ou je rigole, c'est que cette étude pharaonique ne sait pas même quels sports conseiller.... fallait pas commencer par là les gars ? Non mais c'est absurde ou c'est moi ?
Fallait demander les mecs: nous pouvons faire tous les sports qui ne sont pas violents et favorisent un travail régulier et d'endurance (les exercices aérobies). Et encore c'est pas facile.


Exit le tennis, le foot, le paintball... la boxe thaï j'ai des doutes.... welcome la natation, ou peut être la musculation qui (faussement) paradoxalement répond au critère si elle est faite correctement.
Note pour plus tard, éviter aussi les sports mécaniques.

La prochaine fois, sérieux les "chercheurs", renseignez vous chez ceux qui savent*. Ca me fait penser au conseiller en sécurité routière qui n'a pas le permis (si si, cherchez dans l'actualité récente, c'est une histoire vraie).

*interro surprise: quelle est la différence entre un savant et un sachant ? Vous avez 4 heures. un indice ? La personne concernée au premier chef est toujours la dernière dont on demande l'avis.
La véritable information, car il y en a une, c'est que si l'on lit entre les lignes, on constate que la médecine est incapable de nous proposer une chimiothérapie ou tout autre traitement malgré toutes les années écoulées.
Si je pige bien le message est le suivant: "bougez vous le cul et apprenez à serrer les dents".

Notez que ça on le fait tous déjà depuis des années.

Parait que la prochaine étude de l'Eular porterait sur la bonne altitude à laquelle ouvrir son parachute. Ils cherchent des cobayes. On saute de 10000 mètres. Les premiers tests d'ouverture démarrent à 10 mètres du sol et on remonte au fur et à mesure. Preuve de sérieux: le brevet de parachutiste est offert à tous les survivants.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire