samedi 31 janvier 2015

y en a des biens

C'est n'est pas pour un médecin qui refuse de revenir sur des propos limites outrageants que l'on doit les mettre tous dans le même panier (de soins).

Bon, j'avoue que j'ai quand même entendu des "trucs qui piquent".

Il semblerait que l'absence d'écoute bien intentionnée de la part de tous ces "grands sachants" ne concerne pas que les patients, qui par définition ne savent rien*.
*On notera au passage que la seule profession que je connaisse qui réclame de se faire appeler "docteur", ce sont les médecins. Mon frère a un double doctorat en physique et au travail  on ne l'appelle que "Monsieur" (faut que je lui demande pourquoi).
Sauf que... il y a des médecins malades qui ne sont pas plus écoutés par ces mandarins... et il y aussi des médecins, souvent parmi les jeunes, qui se font défoncer** par leurs pairs à la moindre velléïté de pensée non consensuelle.
** au sens figuré
Plus je cotoie de médecins, que ce soit en tant que patient ou en tant que collègue, plus je me rends compte qu'en médecine, il est en effet très difficile apparemment d'aller contre l'orthodoxie. 
t'as pas de médicaments ? Ben alors t'es pas malade ?



Un soucis majeur est que l'on comprend vite (quand on ne nous le dit pas directement) que la doxa est dictée par les laboratoires.
Trouvez moi un seul médecin qui sera capable de nier le fait que la classification des pathologies se fait en fonction des médicaments et non le contraire. Celui là aura forcément produit plus d'un article dans une revue financée par un laboratoire.

Un des soucis que rencontrent les fibro-lésés, c'est qu'aucun médicament ne marche vraiment, et qu'il est plus facile pour cette grosse bande de canards de nier la maladie dans un tel cas que d'avouer les limites de sa science.

Pire encore, nous savons que tous les fibro-lésés sont les champions des effets secondaires indésirables ou des effets paradoxaux. Ce simple fait devrait interpeller l'ensemble des médecins mais ils sont si peu à essayer de comprendre pourquoi nous métabolisons de façon si peu normale les molécules.

Donc non seulement les médocs ne marchent pas (ou si peu) mais ils aggravent souvent notre cas....
On en arrive à des situations absolument folles, comme ce médecin qui me dit sous le sceau de l'anonymat écrire des ordonnances surchargées pour montrer à la CPAM que son patient est très malade, mais lui interdisant catégoriquement de prendre les médicaments inscrits dessus !!!!
Bon, et tous ces médecins qui concèdent faire de faux diagnostics de dépression*** pour obtenir une co-prise en charge de la fibromyalgie ???
Et ces centres de la douleur qui font passer des séances de relaxation, d'hypnose ou de sophrologie sous des appellations médicales pour en obtenir le financement ???
Délire...
Et tout ça sous le manteau parce que le "camp d'en face" refuse de voir la vérité.
*** on va dire qu'ils forcent le trait ce sera plus consensuel.

Enfin, tout ça pour dire un gros merci aux médecins qui sont restés humains, ont encore en mémoire les grandes lignes du serment d'Hypocrate, et qui se mouillent  pour nous.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire