samedi 13 février 2016

Un homme l'a amère

Face au médecin du travail.




J'ai eu mon rdv à la médecine "soi disant préventive" du travail suite à ma demande d'aménagement de poste. Clairement, j'appréhendais.

Et j'ai pas été déçu.

Si on passe vite fait sur la demi-heure de retard. J'ai pensé que ça commençait très mal lorsque la collègue qui passait avant moi viens me voir en portant les yeux au ciel d'un air dégoûté et en murmurant: "c'est hallucinant, j'en reviens pas".
Le tableau était posé. Pour info cette collègue demandait à prolonger de deux ans son départ à la retraite suite à un long arrêt dû à un cancer. On lui a fait comprendre qu'à son âge on devait s'occuper de ses petits enfants.

Gloups.


A mon tour: cette grosse connasse incompétente  distinguée experte médicale me dit comme ça qu'elle ne comprend pas pourquoi aménager mon poste, direct. Ce que l'on appelle sans doute dans le jargon médical "la méthode Mohammed Ali".

Bien entendu, une fois cette base de dialogue posée avec tact, je pensais pouvoir retourner à mon poste. Que nenni ! Il a fallu que je prétexte un faux rdv professionnel pour arriver à quitter son bureau au bout d'une heure et demi.... Difficile après ça de dire que certains ne sont pas réellement payés à ne rien foutre.

Saint Dexter, priez pour moi, ne me soumettez pas à la tentation et délivrez nous du mal. Heu... Amen.

Bilan: en dépit de ma rqth, de mon année de temps partiel suivant un an d'arrêt, ben je peux reprendre à temps plein,  comme ça. Sans doute ce que l'on appelle en jargon médical "la technique du foutage de gueule thérapeutique", ou encore la "Méthode Harry Potter de reprise magique" pour les non-initiés*.

*et ils sont pardonnés

C'est ma chef qui va être déçue, elle qui espérait que j'obtienne une mise en inadéquation à mon poste de travail suivie d'une reconversion pour mieux me diriger vers la porte de sortie (oui je suis un subordonné pas très soumis, ni très ordonné). En jargon administratif, "orientation vers le pôle emploi" est visiblement la traduction "d'adapter le poste de travail à un handicap".

Dé-gou-té... ne me demandez pas pourquoi je ne fais pas appel: aucune trace de mon passage devant le médecin et donc aucun écrit ne sera fait contre lequel porter réclamation. Et d'ailleurs pourquoi faire le moindre écrit puisqu'en deux ans je n'ai jamais été ne serait-ce qu'ausculté par ce médecin ? Hein ?





4 commentaires:

  1. N'avais tu pas reçu une convocation ?

    RépondreSupprimer
  2. non: rdv pris par téléphone. J'imagine que je peux demander une preuve de cet entretien mais en aucun cas prouver son (absence de) contenu. Je vais digérer ça et voir assez vite quoi faire. Mais se mettre à dos le médecin du travail...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ha oui Bruno : elle n'a pris aucune note en 1h30. CQFD.

      Supprimer